Education

Parentalité positive et éducation bienveillante : guide complet

Parentalité positive et éducation bienveillante : guide complet
4.8 (95.83%) 24 votes

Qu’est ce que la parentalité positive ?

la parentalité positive est pour les parents qui veulent discipliner leurs enfants sans briser leur esprit. Il s’agit d’un programme axé sur l’établissement d’une relation solide et profondément engagée entre le parent et l’enfant, fondée sur la communication et le respect mutuel. la parentalité positive se concentre sur l’enseignement aux enfants non seulement quoi mais aussi pourquoi. Parenting positif signifie former des enfants vers l’individu-contrôle.

Comment utiliser l’art d’être un parent bienveillante
« Une génération pleine de parents profondément aimants changerait le cerveau de la prochaine génération, et avec ça, le monde. » Charles Raison

La parentalité positive en 3 étapes :

  1.  Le parent s’engage à réguler ses propres émotions.
  2. Le parent donne la priorité au maintien et au renforcement du lien parent-enfant, ce qui est la seule raison pour laquelle les enfants coopèrent.
  3. Le parent aime l’enfant sans condition, plutôt que d’utiliser le « retrait de l’amour » ou d’autres techniques de punition pour contrôler et manipuler l’enfant avec des punitions ou des récompenses. Au lieu de cela, le parent se voit comme un coach, offrant à l’enfant des conseils affectueux pour que l’enfant apprenne à gérer ses émotions, et donc son comportement.
La parentalité positive n'est pas si complexe à mettre en place
La parentalité positive n’est pas si complexe à mettre en place

Cette page vous donne dix conseils pour pratiquer le parentage bienveillante au lieu d’une punition à la maison. Si vous vous demandez si c’est une bonne idée, la réponse courte est que la punition sape votre relation avec votre enfant, fait que les enfants se sentent moins bien dans leur peau (ce qui les fait agir plus mal) et sabote le développement de l’autodiscipline de votre enfant. Votre but n’est-il pas d’aider votre enfant à se sentir bien et à agir mieux ?

Comment appliquer la parentalité positive et bienveillante ?

1. Le rôle parental bienveillante commence par la régulation de vos propres émotions

….pour que vous puissiez être le parent patient, généreux sur le plan émotionnel auquel vous aspirez – et que chaque enfant mérite.

2. Évaluez tout l’enseignement selon qu’il renforce ou affaiblit votre relation avec votre enfant.

La stratégie disciplinaire la plus efficace est d’avoir un lien étroit avec votre enfant. Les enfants qui se sentent liés à leurs parents veulent naturellement leur faire plaisir. Pensez aux conseils d’amour, pas à la punition. La punition est destructrice pour votre relation avec votre enfant et, en fin de compte, crée plus d’inconduite. Aimer l’orientation, c’est fixer des limites et renforcer les attentes au besoin, mais d’une manière empathique qui aide l’enfant à se concentrer sur l’amélioration de son comportement plutôt que d’être en colère contre vous.

3. Commencez toute correction en réaffirmant la connexion.

Rappelez-vous que les enfants se comportent mal lorsqu’ils se sentent mal dans leur peau et qu’ils sont déconnectés de nous.

S’arrêter à son niveau et la regarder dans les yeux : « Tu veux que ton frère bouge, alors tu l’as poussé. Ne pas pousser ; pousser fait mal ! Dites à votre frère : « Bougez s’il vous plaît ! »
Ramassez-la : « Tu aimerais pouvoir jouer plus longtemps, mais c’est l’heure d’aller au lit. »
Établissez un contact visuel affectueux : « Tu es tellement bouleversée en ce moment. »
Mettez votre main sur son épaule : « Tu as peur de me parler du cookie. »

4. N’hésitez pas à fixer des limites si nécessaire, mais fixez-les avec empathie.

Bien sûr, vous devez faire respecter vos règles. Mais vous pouvez aussi reconnaître son point de vue. Quand les enfants se sentent compris, ils sont plus capables d’accepter nos limites.

« Tu es très en colère et blessé, mais on ne mord pas. Utilisons tes mots pour dire à ton frère ce que tu ressens. »
« Vous aimeriez pouvoir jouer plus longtemps, mais c’est l’heure d’aller au lit. Je sais que ça te rend triste. »
« Tu ne veux pas que maman dise non, mais la réponse est non. On ne se dit pas « Ferme-la », mais c’est normal d’être triste et en colère. »
« Vous avez peur, mais on se dit toujours la vérité. »

5. Dans toute situation présentant un danger physique, intervenez immédiatement pour fixer des limites, mais connectez-vous en même temps en faisant preuve d’empathie.

« La règle est de ne pas frapper. Tu peux dire à ta sœur ce que tu veux et ce que tu ressens sans l’attaquer. »

6. Le défi est toujours un problème relationnel.

Si votre enfant n’accepte pas votre direction (« Je me fiche de ce que vous dites, vous ne pouvez pas me faire ! »), c’est toujours une indication que la relation n’est pas assez forte pour soutenir l’enseignement. Cela nous arrive à tous de temps en temps. À ce moment-là, arrêtez-vous et réfléchissez à la façon de renforcer la relation, et non à la façon de rendre l’enfant  » mental « . Transformer la situation en une lutte de pouvoir ne fera qu’approfondir le fossé entre vous.

7. Évitez les temps mort. Ils créent plus d’inconduite.

Les temps morts, bien qu’infiniment mieux que de frapper votre enfant, ne sont qu’une autre version de la punition par bannissement et humiliation. Ils laissent les enfants seuls pour gérer leurs émotions enchevêtrées, de sorte qu’ils sapent l’intelligence émotionnelle. Ils érodent, plutôt que de renforcer votre relation avec votre enfant. Ils ont mis en place une lutte de pouvoir. Et ils ne fonctionnent que pendant que tu es plus grand. C’est une forme d’intimidation plus humaine que la discipline physique. Cliquez ici pour plus d’informations sur les raisons pour lesquelles les Timeouts ne fonctionnent pas.

8. Les conséquences enseignent la mauvaise leçon si vous participez à leur création.

À première vue, les conséquences ont un sens : L’enfant fait (ou ne fait pas) quelque chose et apprend des conséquences. Ce qui, quand cela se produit naturellement, peut être une expérience d’apprentissage formidable. Mais la plupart du temps, les parents conçoivent les conséquences, de sorte que n’importe quel enfant puisse vous expliquer que les conséquences sont en fait une punition. Cliquez ici pour plus d’informations sur les raisons pour lesquelles les conséquences ne fonctionnent pas.

Si le parent n’est pas impliqué dans les conséquences (par exemple, s’il n’étudie pas et échoue au test, ou s’il ne se brosse pas les dents et n’a pas de carie) — et si vous pouvez gérer le mauvais résultat — les enfants peuvent apprendre beaucoup de la souffrance des conséquences de leurs actions. Bien sûr, vous ne voulez pas que cela se produise plus d’une fois, ou leur image de soi devient celle d’une personne qui a échoué au test et qui a des caries, et ils ont appris une leçon involontaire. À mon avis, il est préférable, si possible, qu’ils sautent de telles leçons, mais comme stratégie de dernier recours, nous apprenons certainement tous en laissant les choses aller mal.

Malheureusement, la plupart des enfants dont les parents utilisent les « conséquences » comme punition ne les considèrent pas comme le résultat naturel de leurs propres actions (« J’ai oublié mon déjeuner aujourd’hui et j’avais faim »), mais comme des menaces qu’ils entendent à travers les dents serrées de leurs parents : « Si je dois arrêter cette voiture et revenir, il y aura des conséquences !! » Si les parents sont responsables des conséquences, alors les conséquences ne sont pas le résultat naturel des actions de l’enfant, mais simplement une punition.

Dans la mesure où les conséquences sont perçues comme une punition par les enfants – et elles le sont presque toujours – elles ne sont pas aussi efficaces que la discipline positive pour encourager un bon comportement. Les utiliser sur vos enfants devrait être considéré comme un dernier résultat et un signal que vous devez trouver une autre stratégie.

9. Ce que vous pensez et ressentez est plus important que ce que vous dites dans la façon dont votre enfant réagit.

Les enfants feront presque tout ce que nous demandons si nous le faisons avec un cœur d’amour. Trouvez un moyen de dire OUI au lieu de NON même lorsque vous fixez votre limite. « OUI, il est temps de nettoyer, et OUI je vous aiderai et OUI nous pouvons quitter votre tour et OUI vous pouvez grogner et OUI vous pouvez grogner à ce sujet et OUI si nous pouvons lire une histoire supplémentaire et OUI nous pouvons rendre cela amusant et OUI j’adore vous et OUI comment ai-je été si chanceux d’être votre parent ? OUI ! » Votre enfant répondra avec la générosité d’esprit qui correspond à la vôtre.

10. La façon dont vous traitez votre enfant est la façon dont il apprendra à se traiter lui-même.

Si tu es dure avec elle, elle sera dure avec elle-même. Si vous aimez avec elle tout en étant ferme sur l’établissement de limites appropriées, elle développera la capacité d’établir des limites fermes mais aimantes sur son propre comportement.

Ironiquement, la discipline et les punitions sévères nuisent à la capacité de l’enfant de développer l’autodiscipline. Le problème avec la dureté intériorisée n’est pas seulement qu’elle rend les enfants malheureux et, éventuellement, les adultes malheureux, c’est qu’elle ne fonctionne pas. Les enfants qui reçoivent une discipline qui n’est pas aimante n’apprennent jamais à se gérer de façon constructive.

Dans la mesure où nous sommes durs avec nous-mêmes à cause de la façon dont nous avons été élevés, nous y réagissons en nous rebellant (combien de fois nous trichons sur notre régime alimentaire ?) ou en nous martyrisant (en essayant d’être de bons garçons et de bonnes filles mais en accumulant du ressentiment et en nous attaquant à ceux que nous aimons, ou en ne nous donnant pas une pause et en fin de compte en s’effondrant).

Dans la mesure où nous pouvons accepter nos propres conseils affectueux parce que nous avons appris de nos parents à nous traiter de cette façon, nous sommes capables d’établir des objectifs et d’utiliser notre autodiscipline pour les atteindre. En fin de compte, des conseils affectueux et une éducation parentale positive permettent à l’enfant de développer le Saint-Graal vers lequel tout ce qui concerne l’éducation de l’enfant : l’autodiscipline de l’enfant.

Qu’est-ce que l’éducation positive ?

L’éducation positive est la combinaison de l’éducation traditionnelle avec l’étude du bonheur et du bien-être, en utilisant le modèle PERMA de Seligman et la classification des Valeurs en action (VIA). Seligman travaille à incorporer la psychologie positive dans l’éducation afin de réduire la dépression chez les jeunes et d’améliorer le bien-être et le bonheur.

L’éducation positive souligne l’importance de la formation du cœur et de l’esprit dans l’éducation. L’éducation a toujours mis l’accent sur les études et la promotion d’un développement positif de la force de caractère. Cependant, avant la publication de l’ouvrage  » Character Strengths and Virtues : A Handbook and Classification’ par Peterson et Seligman (2014), tous les efforts pour endosser les forces de caractère ont été dérivés de préjugés religieux, culturels ou politiques (Linkins et al., 2015).

« La classification VIA fournit toutefois un cadre interculturel pertinent pour  » l’éducation du cœur « .

Les programmes d’éducation positive définissent habituellement le caractère positif comme des  » forces de caractère de base  » qui sont représentées dans les six catégories de vertu de VIA. Ces caractères positifs sont des constructions externes qu’il faut nourrir (plutôt que d’être inné). L’objectif de l’éducation positive est d’aider à révéler et à développer la capacité de l’enfant à s’engager efficacement dans la combinaison des forces de caractère (Linkins et al., 2015).

Comment appliquer l’éducation positive

« Un programme scolaire qui intègre le bien-être prévient idéalement la dépression, augmente la satisfaction de la vie, encourage la responsabilité sociale, favorise la créativité, encourage l’apprentissage et même améliore les résultats scolaires  » (Waters, 2014).

geelong grammar school positive educationHow does positive education actually apply positive psychology and character strengths in practice ? Les interventions fondées sur les forces dans les systèmes éducatifs sont puissantes et généralement simples à introduire dans les écoles. Geelong grammar School (GGS), en Australie, a été l’école modèle pour l’éducation positive et a été l’une des premières écoles à appliquer la psychologie positive dans une approche scolaire globale. (Norrish, et al., 2013)

La méthode d’enseignement de GGS et d’intégration de la psychologie positive dans l’école comporte plusieurs aspects et niveaux différents. Tous les enseignants et même le personnel de l’école participent à des programmes de formation pour se familiariser avec l’éducation positive et son application dans leur travail à l’école et dans leur vie personnelle. (Norrish, et al., 2013)

Pour les enfants, l’éducation positive est appliquée à chaque cours ; par exemple, en art, ils explorent le concept d’épanouissement en créant une représentation visuelle et leur compréhension personnelle. L’élève a aussi une leçon régulièrement programmée sur l’éducation positive comme n’importe quelle autre classe, comme les mathématiques et la géographie (Norrish, et al., 2013).

A un niveau plus personnel, les interventions basées sur la force se concentrent également sur la relation entre les enseignants et les élèves. Lorsqu’un enseignant donne une rétroaction, il devrait s’agir d’une rétroaction spécifique sur la force dont l’élève a fait preuve plutôt que d’une rétroaction vague comme « Bon travail ! Les enseignants exercent une grande influence sur leurs élèves dans leurs interactions quotidiennes et la simple attention portée à la formulation du renforcement positif fait une différence. (Pleins feux sur les élèves : apporter une éducation positive dans les écoles, 2014).

L’éducation positive est  » le développement d’environnements éducatifs qui permettent à l’apprenant de s’engager dans des programmes d’études établis en plus des connaissances et des compétences pour développer son propre bien-être et celui des autres « . (Oades, Robinson, Green, & Spence, 2011, Pg 432, paragraphe 1)

De l’éducation positive à la pratique : La salle de classe Jigsaw

Les principes de la psychologie positive ont été utilisés pour créer plusieurs autres techniques d’enseignement qui se sont révélées extrêmement efficaces.

L’une d’entre elles est la classe de puzzle, une technique dans laquelle les élèves sont divisés en groupes sur la base d’aptitudes et de compétences partagées. On assigne à chaque élève un sujet différent et on lui demande de trouver des élèves d’autres groupes auxquels on a donné le même sujet.

Le résultat est que chaque groupe a un ensemble d’étudiants avec des forces différentes, collaborant à la recherche sur le même sujet. L’influence de la psychologie positive s’est même étendue à la dynamique de la salle de classe. Dans la configuration idéale, plus de pouvoir est donné aux élèves dans le choix de leur propre programme d’études et les élèves sont responsabilisés dès un âge beaucoup plus jeune. Dans ces types de salles de classe, les élèves sont souvent traités différemment lorsqu’il s’agit de louanges et de discipline.

Une étude sur les éloges menée par Elizabeth Hurlock a révélé qu’il s’agit d’un moyen de motivation plus efficace en classe que la punition, sans égard à l’âge, au sexe ou à la capacité. Et lorsqu’il s’agit de pratiques disciplinaires efficaces, la psychologie positive a aussi sa propre approche innovatrice.

Le rôle de Martin Seligman dans l’éducation positive

Martin Seligman’s travaille à incorporer son expertise en psychologie positive dans l’éducation. Il croit que la psychologie positive dans l’éducation peut réduire la dépression chez les jeunes.

Seligman utilise son modèle PERMA (les cinq éléments du bien-être) pour enseigner dans les écoles afin d’aider les élèves à se sentir bien et à s’épanouir.

P – Émotions positives : Ressentir des émotions positives telles que la joie, la gratitude, l’intérêt, l’espoir.

E – Fiançailles : Être pleinement absorbé dans des activités qui utilisent vos compétences tout en vous mettant au défi.

R – Relations : Avoir des relations positives.

M – Signification : Appartenir et servir quelque chose que vous croyez est plus grand que vous-même.

A – Réalisation : Poursuivre le succès, la réussite et la maîtrise.

La carte de croissance du caractère

En 2013, le journaliste canado-américain Paul Tough a écrit un livre intitulé « How Children Succeed », dans lequel il justifie à fond que l’intelligence pure et les compétences académiques ne suffisent pas pour que les élèves réussissent à l’école. Il a fait valoir qu’au lieu de cela, le courage, la résilience et d’autres traits de caractère devraient être mis en valeur dans les écoles, beaucoup plus qu’ils ne le sont aujourd’hui. Non seulement c’est logique (pour ce qui est d’élever des enfants heureux et productifs), mais cela mène en fait à de meilleurs résultats scolaires à court terme pour nos élèves.

Le célèbre réseau d’écoles à charte, KIPP, a pris bon nombre de ces idées et en a fait une partie officielle de la façon dont ils font les choses dans leurs écoles secondaires. Dans ce qu’ils appelaient le  » bulletin de notes « , les élèves des écoles du KIPP se voyaient attribuer des notes non seulement pour des matières scolaires comme les mathématiques et l’histoire, mais aussi pour leur bon rendement (selon l’observation de l’enseignant) sur une série de sept traits de caractère qu’ils ont pu tirer de la recherche en psychologie positive effectuée par le Dr Martin Seligman et le Dr Chris Peterson.

Maintenant appelé la carte de croissance du caractère, afin de mettre l’accent sur le potentiel de croissance au lieu de la classe elle-même, le système de KIPP permet la discussion formelle et la mesure de traits en dehors de ceux que l’école a traditionnellement mesurés. Comment enseignent-ils réellement ces compétences ?

KIPP le fait de plusieurs façons : les enseignants modélisent le comportement positif, donnent des exemples positifs des traits de caractère en action et discutent ouvertement et explicitement de ces traits. Il n’y a pas de programme formel autour du « zest » ou de la « gratitude », mais le corps professoral du KIPP croit que le fait d’appeler des exemples de comportements modélisant ces traits lorsqu’ils se produisent naturellement va très loin.

Tout le monde ne semble pas penser que la méthode de KIPP est la meilleure. Dans cette critique, Jeffrey Snyder soutient que nous ne savons pas vraiment comment enseigner les forces de caractère et que la mesure numérique peut faire plus de mal que de bien. Mais même les détracteurs de l’approche du KIPP conviennent, tout comme nous, que le fait d’attirer l’attention sur le caractère et la psychologie positive dans les écoles est un énorme pas en avant.

Pratiques réparatrices

Au cours d’une année scolaire donnée, environ 100 000 élèves seront expulsés des écoles publiques dans l’ensemble des États-Unis. Certains de ces élèves ne pourront pas retourner à l’école dans tout leur état, et la plupart des autres seront obligés de quitter leur école publique locale pour une année scolaire entière. Et lorsqu’il s’agit de suspensions – où l’étudiant reste à la maison jusqu’à 10 jours – le nombre annuel passe à 3 millions.

L'éducation positive mériterait d'être davantage intégrée au système éducatif
L’éducation positive mériterait d’être davantage intégrée au système éducatif

Compte tenu du nombre de jours d’école et d’apprentissage perdus à cause des expulsions et des suspensions, les administrateurs scolaires progressistes de tout le pays commencent à repenser la façon dont nous disciplinons nos enfants. Bien sûr, le comportement offensant peut avoir compromis la sécurité et l’environnement d’apprentissage des autres enfants. Mais est-il susceptible d’aider l’enfant à apprendre de ses erreurs et à ne pas répéter son comportement une fois de retour à l’école ? Ou s’ils sont expulsés, sont-ils susceptibles de mieux se comporter dans leur nouvel environnement ?

Nombreux sont ceux qui prétendent le contraire ; ces types de punitions servent à aliéner davantage ces enfants physiquement et émotionnellement par rapport à leurs pairs, ce qui ne fait que les rendre plus susceptibles de répéter des comportements nuisibles. Et s’il y avait un autre moyen ?

Beaucoup disent qu’il y en a, et ils l’appellent « pratiques réparatrices ». L’idée est que le comportement d’un enfant justifiant une action disciplinaire de la part de son école est tel que son comportement a eu un effet spécifique sur son environnement, et donc cet effet est ce qui devrait être l’objectif principal de l’action disciplinaire.

Par exemple, dans un cas mineur, le fait que Maria parle trop fort pendant les cours perturbe la capacité de concentration de ses pairs. Dans un cadre disciplinaire traditionnel, l’enseignant peut simplement demander à Maria d’arrêter de parler, ou lui donner un « temps mort ». Dans une pratique réparatrice, par contre, l’enseignante demanderait à Maria pourquoi elle parle à tour de rôle, quel effet elle a sur les élèves qui l’entourent et si elle pense qu’il est juste que les autres élèves soient du côté des bénéficiaires de ce comportement.

Dans le cas extrême où une suspension ou une expulsion pourrait être envisagée, comme dans le cas classique d’un élève provoquant et participant à une bagarre, la pratique réparatrice serait naturellement plus formelle. L’enfant participerait à une réunion avec d’autres élèves et les responsables adultes de l’école. Ils discutaient de ce qui a incité l’élève à commencer le combat, comment cela a affecté les autres participants et ce que l’élève pourrait faire à la place s’il se trouvait dans une position similaire – avec une tentation similaire – à l’avenir.

L’élève pourrait aussi se voir confier des activités ou des programmes qui aideraient à prévenir d’autres bagarres. Comme discuté dans ce profil sur la pratique de la restauration à Edweek, un élève nommé Danny à l’école Davidson Middle School de San Rafael a récemment vécu cela.

Dans son cas, ses exigences disciplinaires comprenaient « la rédaction de lettres d’excuses, le suivi d’un tutorat et l’adhésion à une équipe sportive scolaire ». Est-ce que ça marche ? Selon un district scolaire, « 89 % de ceux qui ont recours à des pratiques de justice réparatrice ne récidivent pas ». Il est également utile que le système s’inspire des pratiques de « justice réparatrice » dans le monde de la justice pénale, de sorte qu’il ne s’agit pas d’un concept nouveau.

Et lorsqu’il s’agit d’aider les enfants à apprendre et à se développer à partir de leurs erreurs au lieu de faire face à des punitions arbitraires et potentiellement destructrices, c’est un pas dans une direction logique.

L’impact du rebondissement

Bounce Back a été le premier programme d’éducation positive au monde et a remporté plusieurs prix. À l’époque, il n’y avait rien d’autre qui offrait une approche à la fois pratique et fondée sur des données probantes.

Les principes ont été utiles pour d’autres groupes de clients-participants à Possibility Place, un programme visant à renforcer la résilience et la confiance dans les chômeurs de longue durée a trouvé le RPC très utile pour empêcher les gens de « se battre » pour des choses qui n’étaient pas de leur faute et apprendre à comprendre ce qu’ils pouvaient faire pour résoudre la situation.

Pour paraphraser les paroles de saint François, Bounce Back vous apprend à accepter les choses que vous ne pouvez pas changer, à changer les choses que vous pouvez et à apprendre à faire la différence entre les deux.

Bounce Back est un merveilleux exemple de la façon dont la recherche en psychologie positive peut être transformée en outils pour aider les gens à s’épanouir.

Les bienfaits et atouts de l’éducation positive

« Une question centrale du développement des jeunes est de savoir comment allumer les feux des adolescents, comment les amener à développer l’ensemble des dispositions et des compétences nécessaires pour prendre en charge leur vie. (Larson, 2000)

L’éducation positive favorise le développement humain

Sheila M. Clonan et ses collègues (2004) ont constaté que l’intégration de la psychologie positive dans les milieux d’apprentissage aidait à favoriser les forces individuelles. Il a servi de centre d’intérêt préventif, a favorisé le développement d’institutions positives et a permis aux étudiants de mieux réussir. L’éducation positive a également montré qu’elle a un impact et un changement plus durable sur le comportement des élèves.

L’éducation postive enseigne aux élèves comment se rendre heureux.

Dans certaines écoles où l’éducation est positive, les jeunes garçons et filles âgés de 14 à 15 ans ont suivi une leçon de 40 minutes sur les compétences de bien-être toutes les deux semaines pendant deux ans. Ils ont constaté que les élèves étaient en mesure d’acquérir une compréhension complète des facteurs qui contribuent à l’épanouissement et à l’épanouissement d’une vie, ainsi que de leur enseigner des compétences pratiques pour une utilisation quotidienne (Green, 2015).

L’éducation bienveillante diminue la dépression

Les interventions de psychologie positive qui sont utilisées dans l’éducation positive comprennent l’identification et le développement des forces, la culture de la gratitude et la visualisation du meilleur soi possible (Seligman et al., 2005 ; Sheldon & Lyubomirsky, 2006). Une méta-analyse menée par Sin et Lyubomirksy (2009) auprès de 4 266 participants a révélé que les interventions psychologiques positives augmentent le bonheur et diminuent significativement les symptômes dépressifs.

Des élèves heureux font des élèves très performants

Comparativement aux élèves malheureux, les élèves plus heureux accordent plus d’attention, sont plus créatifs et ont un niveau plus élevé de participation communautaire (Fisher, 2015). L’accent mis sur les interventions en psychologie positive dans l’éducation augmente l’engagement, crée des élèves plus curieux et aide à développer et à développer l’amour général de l’apprentissage (Fisher, 2015).

L’éducation positive facilite la vie des enseignants

L’éducation positive profite aussi à l’enseignant. Il est plus facile de s’engager avec les élèves et de persister dans le travail dont ils ont besoin pour maîtriser leur matériel scolaire (Fisher, 2015). Il crée une culture scolaire qui est bienveillante, confiante et prévient les problèmes de comportement.

Elle permet une motivation accrue chez les étudiants

En ce qui concerne les objectifs de réussite, les croyances sur les attentes et la valeur, on constate que les objectifs des tâches associés positivement à l’optimisme ont donné lieu à un élève très motivé (Fadlelmula, 2010). La recherche a démontré que la motivation peut être constante et à long terme si elle est toujours jumelée à des interventions psychologiques positives.

Renforcement de la résilience par l’éducation bienveillante

Le Penn Resiliency Program (PRP) a été développé par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie. Les résultats de 19 études contrôlées sur le PRTC ont révélé que les élèves qui reçoivent le PRTC étaient plus optimistes, résilients et pleins d’espoir. Leurs notes aux tests standardisés ont augmenté de 11 % et ils avaient moins d’anxiété à l’approche des examens.

Limites de la recherche

D’autres recherches sur les populations d’adolescents sont encore nécessaires pour en voir l’impact et l’efficacité. Cependant, l’intérêt pour l’application d’interventions de psychologie positive auprès des jeunes dans les écoles augmente rapidement.

De plus, de nombreuses études sont menées sur des adultes, comme les étudiants de niveau collégial. Le problème, c’est que la recherche n’est pas généralisable à la communauté des jeunes. À l’heure actuelle, il n’y a pas assez d’études en cours pour affirmer de tout cœur que l’éducation positive est la première voie d’accès à l’éducation. Cependant, les résultats de la recherche sont prometteurs jusqu’à présent et le temps nous dira ce que l’avenir nous réserve en matière d’éducation positive.

Où en sommes-nous maintenant ?

Depuis que Martin Seligman a établi les principes de base de la psychologie positive, ils ont été mis en œuvre dans le monde entier de différentes manières. Bien que l’objectif de donner aux étudiants les outils nécessaires pour établir des relations significatives, se sentir bien, s’épanouir et apporter de la positivité à tout ce qu’ils font est commun à tous les établissements positifs, chacun a sa propre approche pour le faire.

Par exemple, le Perth College (une école anglicane pour filles en Australie occidentale) forme son personnel en psychologie positive et en coaching (voir comment ces deux éléments s’imbriquent ici) et a des unités complètes sur les questions éthiques et la justice sociale.

D’autres écoles utilisent ce que l’on appelle le système Montessori, qui met l’accent sur les programmes d’études dirigés par les élèves et fondés sur des projets, afin d’améliorer la créativité et l’apprentissage pratique.

Avec le succès de bon nombre de ces approches et l’absence d’une méthode dominante unique, de nombreuses organisations commencent à prendre de l’expansion dans le but de consolider et d’organiser les efforts entre les différentes écoles.

Le Réseau international d’éducation positive (IPEN) est l’une des nombreuses institutions qui tentent de déterminer ce qui fonctionne et de le diffuser par des moyens tels que les conférences et même la réforme des politiques.

Les recherches menées au cours des deux dernières décennies suggèrent que ce type d’initiatives permet aux élèves de grandir avec des niveaux plus élevés de créativité, de compétences en leadership et d’intelligence émotionnelle. En outre, ils conduisent même à une amélioration des résultats scolaires et à une amélioration significative de la santé mentale. Compte tenu des niveaux sans précédent d’anxiété et de dépression dans le monde d’aujourd’hui, le meilleur antidote que nous puissions fournir est d’élever les enfants de façon proactive afin qu’ils puissent gérer efficacement ces problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *