Egg | Le magazine inspirant des femmes enceintes

La grossesse éthique : Donner la vie et plus encore

14.08.09

grossesse_ethique

La grossesse éthique ??? Mais de quoi elles parlent les filles de Egg ? Je vais donner la vie… Sublime ! Mais aussi ma liberté, ma jeunesse, mon temps libre et il faudrait que je donne quoi d’autre encore ?

Notre web enquête ne s’intéresse pas au cas des mères porteuses, bien que, ce soit aussi une manière de donner à ceux qui n’ont pas…  Ni au cas des maternités bios qui, bien que le sujet soit très intéressant, n’est pas encore très représentatif en France. Non non non, nous on vous parle de pactiser avec la Madone et de donner de votre chair, de votre sang et de  votre lait… Alors, si vous voulez augmenter votre karma ou juste faire un beau geste en prouvant qu’il y a de l’amour dans ce monde, voici tout ce qu’il faut savoir sur les dons maternels.

Pratiqués dans certaines maternités, le don du sang du cordon ombilical et le don de lait maternel peuvent sauver des vies. Le sang placentaire contient des cellules souches qui permettent de sauver des gens atteint de  leucémies et autres graves maladies du sang. Sur le site des maternelles, émission diffusée quotidiennement sur France 5 et présentée par Karine Lemarchand, vous trouverez un dossier complet comprenant des explications détaillées, des témoignages et la liste des maternités habilités pour le don du sang du cordon ombilical. La deuxième page web que nous avons sélectionnée pour vous, sur Magicmaman.com, traite du don de lait maternel, anonyme et gratuit aussi. Ce don est destiné aux enfants nés prématurément ne supportant pas le lait de vache, et n’ayant pas encore la force de téter le sein.

Donner le sang du cordon

Avant de devenir un globule rouge, un globule blanc, ou des plaquettes, toutes ces cellules ont été des cellules souches, cellules que l’on trouve dans le précieux cordon ombilical ; et elles permettent la guérison de maladie sanguine. La première greffe de sang placentaire au monde a eu lieu en 1989, à l’hôpital Saint-Louis de Paris. En France, seulement 8 maternités sont habilitées à récupérer ce sang placentaire et à le traiter en vue de constituer des greffons destinés aux malades. Dans toutes les autres maternités, c’est un immense gâchis !

« Il faut être volontaire et accepter le principe que ce soit un don pour autrui. Il faut faire un bilan sanguin pour la sécurité infectieuse le jour de l’accouchement, pour être sûr d’avoir un sang sain. Et puis, il y a certaines contraintes : revenir six semaines après le jour de l’accouchement pour un nouveau bilan sanguin, afin de vérifier qu’il n’y a pas de problème particulier. Il faut également que le pédiatre qui verra l’enfant post-natal, nous dise s’il va bien et nous le communique. »article_photo_1214297114712-1-0

Concrètement, n’hésitez pas à vous renseigner en amont, des procédures auprès du personnel soignant de votre maternité. Certaines maternités, très engagées dans  la collecte du sang placentaire vous en informeront dès votre inscription. Comme par exemple la Maternité Mona Lisa à Paris . Vous trouverez la liste de toutes les maternités habilitées à récupérer le sang du cordon sur le site de Laurette Fugain.

Donner son lait

Voici un article court mais précis sur le don de lait maternel. Il explique pourquoi donner son lait, comment, quelles éventuelles contraintes… Il vous donne en plus la liste des lactariums français, histoire que vous vous dirigiez vers le plus proche de chez vous si vous vous sentez, telle Marianne, le sein généreux et citoyen.

« Après avoir fait la demande et les examens médicaux indispensables, l’équipe du lactarium vous fournit, chez vous, tout le matériel nécessaire (tire-lait, récipients). Vous remplissez les récipients, l’équivalent d’un petit biberon par jour ou moins, vous les congelez, et les remettez aux équipes du lactarium qui passent les récupérer tous les quinze jours. »

Reportage lactarium

Enfin, voici un reportage de France 3 sur le lactarium de Dijon.  On voit un peu mieux comment ça marche, les processus de stérilisation et pasteurisation sont expliqués, entres autres.

Ne reste plus qu’à savoir si oui ou non, vous décidez de donner. Il n’en va évidemment que de votre bon vouloir ! Au cas où, voici un lien vers le site de l’association des lactariums de France. Vous y trouverez plus d’informations sur le don de lait maternel ainsi que la liste des 19 lactariums du pays avec les contacts correspondants.


Allez, pour rire un peu, on finit en chanson

Image de prévisualisation YouTube

Commentaires

2 commentaires

  1. A toutes les mamans encore hésitantes pour donner leur surplus de lait, faites un pas en avant et accomplissez cet acte d’amour et de partage. Les lactariums manquent régulièrement de lait et font appel régulièrement à votre générosité. Ils sont également un centre de conseil sur l’allaitement maternel.

    Comment donner votre lait au Lactarium le plus proche de chez vous ? lisez la page suivante :
    http://www.perinat-france.org/portail-grand-public/bebe/allaitement/allaitement-maternel-du-bebe-bien-portant/le-don-du-lait-maternel-436-966.html

    Et pour les mamans séparées de leur bébé hospitalisé, elles peuvent recueillir leur lait à la maison. Le Lactarium se chargera de redonner le lait à leur bébé prématuré ou hospitalisé. lisez la page suivante :
    http://www.perinat-france.org/portail-grand-public/bebe/allaitement/allaitement-maternel-promesse-de-sante-pour-le-bebe-fragile/allaiter-le-bebe-hospitalise-438.html

    Merci

  2. On peut aussi donner en partageant son expérience aux autres jeunes parents, c’est fou ce que ça rassure de savoir qu’on “n’est pas seuls” à se poser toutes ces questions et galérer.

Hébergé par BeAPI